Restaurant Le Plëss

En tant que participante au Blog Award 2017 http://blogaward.lu/fr/award-2/ organisé par le magazine Kachen,  j’ai de nouveau été conviée avec mes autres collègues blogueuses à une soirée pleine de belles surprises, à l’Hôtel Le Place d’Armes pour y découvrir la nouvelle rôtisserie à peine ouverte, rencontrer et faire la connaissance de son designer et profiter d’une petite visite guidée de quelques chambres de ce charmant hôtel.

Il y a quelques jours, après plusieurs mois de rénovation, le restaurant Le Plëss, situé au sein de l’Hôtel Le Place d’Armes au centre ville de Luxembourg, a rouvert ses portes.

 

Aux commandes de la cuisine et en contact direct avec les convives, grâce à sa cuisine et sa rôtisserie ouvertes sur la salle à manger, le Chef Fabrice Salvador, fidèlement secondé par Mathieu Morvan, dévoile ses propositions culinaires carnées inspirées de ses nombreuses expériences professionnelles dans le monde entier.

 

Fabrice Salvador a fait ses armes auprès des meilleures maisons françaises : l’Aubergade à Puymirol (3*), Les Jardins de l’Opéra (2*) dans sa ville natale de Toulouse, Troisgros (3*) à Roanne, les Trois Marches (2*) à Versailles et Michel Guérard (3*), à Eugénie-les-Bains.

Il vit ensuite ce qu’il appelle «Son rêve américain», à la Nouvelle Orléans, puis à Santa Barbara. Lors de ce voyage il allie produits d’exception aux nouvelles épices qu’il déniche, et affine ainsi le fil rouge de sa cuisine : expérimenter le plaisir de la découverte ! Après son passage chez Hélène Darroze au cours duquel le restaurant obtient sa deuxième étoile, on le redécouvre à Paris, en 2003 à la Table du Lancaster, où il reçoit sa première distinction au guide rouge. Toujours inspiré par la quête de nouvelles saveurs, il appellera tout naturellement son restaurant situé au Luxembourg, «L’influence des saveurs».

Un an suffit pour que sa cuisine soit à nouveau saluée d’une étoile au guide Michelin. Un peu plus à l’est, il ouvrira le «Manon» à Moscou, mais c’est sa clientèle du Grand-Duché qui aura raison de lui lorsque, conquis par le
projet culinaire au 18 Place d’armes il ramène ses couteaux au Luxembourg.

1 adresse, 3 restaurants : La Cristallerie, Le Plëss et le Café de Paris. De quoi satisfaire sa soif de partager son art et sa passion.

A la carte ou en menu, on découvre au Plëss les nouveautés concoctées par les Chefs comme le poulet de Bresse à la broche, le Babi Guling de Fabrice « comme en Indonésie », le Brisket de boeuf Wagyu australien laqué à la broche pour ne citer qu’eux.  Je vous rassure, les amateurs de poisson trouveront eux aussi leur bonheur, car les Chefs proposent également une sélection de crudos de poissons sauvages selon l’arrivage ou encore des gambas, de la langouste…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A partager (ou pas tellement c’est bon!), on peut aussi y manger de délicieuses tapas ou encore découvrir le pain Géorgien du Plëss, qui entre nous soit dit, est une véritable tuerie!

Olivier Schanne, Chef Sommelier, quant à lui vous proposera ses coups de
cœur vin tout comme il l’a fait hier soir au cours de notre soirée.

Pour avoir eu la chance de pouvoir déguster les plats et les vins qui les accompagnaient j’en ai de nouveau l’eau à la bouche rien que de vous en parler…

Côté décor, c’est le célèbre designer Tristan Auer qui signe la rénovation du lieu.

C’est après avoir retrouvé fortuitement chez Drouot des portraits datant du XIXème siècle, du peintre Pierre-Joseph Redouté et de sa nièce Clémence Redouté, qui étaient des personnages familiers de la Place d’Armes en leur temps, que le célèbre designer a été inspiré pour le ton à donner à la renaissance du restaurant Le Plëss.

Une palette inspirée des couleurs des deux peintures plonge les convives dans une atmosphère subtilement contrastée, osant les couleurs vives et franches telles que le jaune d’or et le vert profond sur fond de gris et de blanc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La nouvelle rôtisserie arbore une décoration aux accents flamands émaillée de détails architecturaux contemporains et regorge de reflets malicieux que l’on découvre le long des murs comme les empreintes lumineuses d’anciens cadres recouvertes à la feuille d’argent.

Après avoir commencé sa carrière avec les plus grands maîtres des années 90, Christian Liaigre et Philippe Stark, Tristan Auer s’est démarqué de l’esprit total design de cette époque-là en développant son propre style, un classicisme graphique et épuré. Pour lui, tout est dans le détail et surtout dans la fonctionnalité de chaque élément.

Depuis 2002, date à laquelle il a ouvert son bureau de création, l’architecte d’intérieur réalise des projets prestigieux dans les domaines résidentiel et hôtelier de luxe à travers le monde pour développer leur image de marque basée sur le luxe et le « savoir faire » français.

Néoclassique dans son style mais conceptuel par son approche, Tristan Auer développe des espaces rigoureusement dessinés et élevés de détails malicieux. Il incarne la relève du style français, ayant l’art de mélanger les styles et les époques, résolument moderne tout en étant très attaché à l’esprit art décoratif, il s’est fait une spécialité du sur-mesure, de l’architecture haute-couture, ce qui fait sa réputation et son succès international.

Amateurs de goûts, si vous voulez passer un très bon moment, dans un très bel endroit empreint d’histoire, régaler tant vos yeux que vos papilles, je vous invite à vous rendre au Restaurant Le Plëss où le directeur du Restaurant, Cédric Thomas, et toute son équipe accueillent leurs convives tous les jours de 12h à 22h30 pour le déjeuner et le dîner.

Pour plus d’informations, contactez Hôtel Le Place d’Armes, 18 Place d’Armes L-1136 Luxembourg au +352 27 47 37 ou par email à marketing@hotel-leplacedarmes.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un nouveau Restaurant au sein de la Philarmonie à Luxembourg

Mon petit doigt m’a dit que la Famille Um Plateau, COCOTTES et A TABLE s’est agrandie…

En effet, le Restaurant TEMPO Bar où Manger a ouvert ses portes hier soir au sein de la Philarmonie à Luxembourg.

TEMPO Bar où Manger et son Chef Morris Clip vous proposent le même concept que son grand frère Um Plateau, c’est-à-dire une carte ou rien n’est imposé, que ce soit au bar ou en salle, il est possible de siroter un verre en picorant  1 ou 2 grignotages (chaud ou froid), des entrées, des suggestions en petites portions et/ou une sélection de plat à partager… ou pas, c’est vous qui choisissez !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le tout dans un esprit de simplicité, de convivialité et de qualité. Pour accompagner vos mets, une sélection de vins au verre, de vins « coup de coeur » et de beaux flacons vous attendent…

L’ambiance et la décoration ont complètement été revues… marbre vert, laiton, velours bleu, osier, cuir, bois et des cadres reprenant une grande partie des artistes présents cette saison 2017/2018 à la programmation de la Philarmonie sont les matières et les éléments prédominants pour une ambiance cosy.

TEMPO vous accueille pour le petit-déjeuner, le lunch, les pauses de l’après-midi, les afterwork, les dîners, les entractes… mais également pour vos dîners de fin d’année ou vos événements privés en groupe.

Coordonnées
1, Place de l’Europe
L-1499 Luxembourg
Tél.: +352 27990666

info@tempobaroumanger.lu
http://www.tempobaroumanger.lu

Mon petit doigt m’a encore informée que désormais, à la Philarmonie, avant les concerts et à l’entracte, COCOTTES vous restaurera avec une offre de minis sandwiches, pains moelleux, soupes, risotto, bocaux et cakes, élaborés à base de produits frais et locaux.

Il n’y a plus qu’à tester non? ;o)

Miele Cooking Studio

Chose promise, chose due.

Je vous ai annoncé sur ma page Facebook que j’avais la chance hier de pouvoir participer à un Workshop culinaire dont le thème était la cuisine vapeur chez Miele à Luxembourg, tout ça grâce une fois de plus à ma participation au Blog Award 2017 organisé par le magazine Kachen.

D’ailleurs, si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez encore aller voter pour mon blog jusqu’au 30 septembre inclus ici -> Blog Award 2017 – Kachen Luxembourg Food and Lifestyle Magazine. Après il sera trop tard, car la soirée de gala où les gagnants seront annoncés est prévue le 25 octobre prochain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais revenons vite à nos moutons. Savez-vous depuis quand existe la cuisine vapeur?

Comme moi, à part si vous le savez et que vous êtes déjà adepte de la cuisine vapeur, vous allez sans doute répondre depuis des années, voire des siècles, mais sans pouvoir préciser vraiment une époque.

Et bien, la cuisson vapeur est une tradition millénaire, originaire de Chine où l’on utilisait des récipients à double paroi dans lesquels les aliments étaient cuits séparément des liquides.

Ce n’est qu’après l’invention de la marmite de Papin (ancêtre de la cocotte pression) au XVIIème siècle que l’Europe a commencé à s’intéresser à cette méthode de cuisson permettant de réduire considérablement les temps de cuisson.

Ce n’est que dans les années 50-60 que la France a adopté la célèbre « cocotte-minute » grâce à laquelle les familles modernes ont enfin pu préparer des plats savoureux et sains en un minimum de temps.

Au cours des années 70, les professionnels de la gastronomie mirent au point des appareils pour cuisson à la vapeur puis ce n’est qu’au début des années 80 que ces appareils ont été mis à la disposition des particuliers.

Aujourd’hui, les cocottes-minute laissent la place aux solutions intégrables plus adaptées à notre époque et facilitent considérablement la cuisson à la vapeur grâce aux commandes électroniques et à des températures de 40° C à 100°C (voire jusqu’à 120°C pour les fours vapeur à pression).

Lors de notre atelier culinaire, Valérie Mairesse, conseillère culinaire chez Miele, nous a donc proposé de réaliser plusieurs recettes dans des fours à vapeur.

Au menu, il y avait la confection d’une crème veloutée de Butternut et ses croûtons à l’ail, un risotto accompagné de sa poêlée de champignons et d’un filet de porc cuit sous vide à basse température et pour le dessert, un fondant au chocolat et sa crème anglaise.

Je suis sûre que jamais vous n’auriez pu imaginer (tout comme moi d’ailleurs) qu’on pouvait préparer tout ça dans des fours vapeurs, sans rien devoir surveiller ou touiller….

D’ailleurs, connaissez-vous les avantages de la cuisson vapeur?

  • une cuisine saine donc bonne pour la santé. Les vitamines et sels minéraux étant conservés grâce à ce mode de cuisson, il n’y a plus besoin (ou quasiment pas besoin) de sel, de graisse ou d’exhausteur de goût;
  • les aliments ne trempant pas dans le liquide, il n’y a donc aucune perte de goût et vous êtes certain(e)s que votre cuisson sera effectuée à la température parfaite sans risquer de brûler vos aliments ou de les sur-cuire;
  • tous les aliments gardent leur couleur. La vapeur refoulant l’oxygène, les aliments ne s’oxydent pas;
  • un autre avantage, et pas des moindre, c’est que vous n’avez plus besoin d’autant de casseroles que de recettes que vous allez réaliser, donc peu de vaisselle, rien ne déborde, tous les accessoires dont vous avez besoin se lavent facilement et/ou vont au lave-vaisselle. Du fait de la vapeur, les fours sont aussi très faciles d’entretien, ce qui n’est pas négligeable non plus;
  • enfin le dernier avantage, comme vous avez pu le constater avec le menu que nous avons réalisé, c’est que la cuisson vapeur n’est pas seulement réservée aux légumes et aux poissons, mais elle permet aussi l’élaboration de véritables menus.

Dans ce type de fours à vapeur, il est possible de cuire, blanchir, décongeler, réchauffer, faire des conserves, stériliser, extraire du jus, faire lever des pâtes (pain, brioche….)…

On peut y préparer des légumes, du poisson, du pain 100% mie (sans croûtes), des pâtes fraîches ou sèches, du riz, des céréales, de la viande, des soufflés, des desserts… (si, si, je vous l’assure je l’ai vu de mes propres yeux puisqu’on a préparé un fondant au chocolat et une crème anglaise), des confitures, des terrines et tellement d’autres choses encore….

Mais Miele ne s’arrête pas là et vient de révolutionner le monde de la cuisine avec une nouvelle technique de cuisson à base d’ondes électromagnétiques et son nouveau four Dialog. Si vous voulez en savoir plus concernant cette nouvelle technique de cuisson révolutionnaire, je vous invite à aller lire cet article intéressant ici ->https://miele.oserieux.be/miele-revolutionne-le-monde-de-la-cuisine-et-lance-une-nouvelle-technique#

Si tout comme moi vous souhaitez découvrir les modes de cuisson à la vapeur, vous pouvez retrouver tous les cours organisés au Cooking studio de Miele à Luxembourg-Gasperich sur leur site web http://www.miele.lu/sessions de cuisson

Cuisiniers en herbe, débutants ou confirmés, simples curieux, désireux de découvrir un mode de cuisine sain, n’hésitez surtout pas à vous inscrire, car ces cours de cuisine ont lieu dans un très bel espace dédié à la cuisine et à la dégustation et sont dispensés par une conseillère culinaire, qui de par sa personnalité, les rend très conviviaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Prochainement je publierai aussi les recettes que nous avons réalisées car je suis certaine qu’elles intéresseront quelques-un(e)s d’entre vous!

La cuisson vapeur, l’essayer, c’est l’adopter… si on me l’avait dit, je ne l’aurais jamais cru…

Le Royal – Hôtel & Resorts – Luxembourg

Comme vous le savez, en tous cas pour ceux qui me suivent depuis un moment, dans le cadre du Kachen Blog Award 2017 Blog Award 2017 – Kachen Luxembourg Food and Lifestyle Magazine, le magazine Kachen nous invite régulièrement chez ses partenaires afin de nous les présenter.

Le 7 septembre, tous les participants au Blog Award ont à nouveau été conviés, cette fois, à l’Hôtel Le Royal à Luxembourg pour un Tea time suivi d’une visite de l’hôtel. Pauline de Paulina on the road – Travel Blog, Jeia de mypickedfood.lu – Rezepte und mehr, Valentina de F4OD, Lydia de Le Blog de Lydia ainsi que Frédérique de Fredkeandfriends, tout comme moi, ont répondu à l’invitation.

Dès notre arrivée, nous avons été dirigées vers le Restaurant Amélys.

Fraîchement rénové, ce restaurant est la toute nouvelle adresse du centre ville de Luxembourg où l’on peut déguster une cuisine traditionnelle dans un cadre somptueux. Du petit déjeuner « Buffet Royal », au déjeuner puis au dîner, un choix de mets divers, variés et de qualité comblera forcément toutes vos envies.

Le restaurant vous proposera tous les jours une cuisine gastronomique traditionnelle française et des spécialités luxembourgeoises. D’ailleurs, au cours de l’année de lancement de ce très beau restaurant, c’est Bibi Wintersdorf https://www.justb.lu/, qui se trouve être aussi la rédactrice en chef du magazine Kachen, qui signait les plats des spécialités luxembourgeoises.

Cerise sur le gâteau s’il en faut, le restaurant dispose d’une magnifique terrasse calme et fleurie en été et propose également tous les dimanches un brunch sous forme de buffet à ne surtout pas rater, à partir de 12h30.

Pour le Tea time, un magnifique buffet de pâtisseries réalisées par le chef pâtissier Lionel Marchand, plus belles les unes que les autres, nous attendait. Quel régal, tant pour les yeux que pour le palais!!! Vous jugerez par vous-mêmes, en tous cas pour la beauté des pâtisseries :o)

L’hôtel Le Royal Luxembourg http://www.leroyalluxembourg.com/fr/thecomplex.asp  renommé pour offrir à ses clients un service attentif et personnalisé au travers de ses Concierges aux Clef d’Or, ses voituriers et bagagistes entre autres,  est sans doute le seul hôtel 5 étoiles du centre ville de Luxembourg et membre des Leading Hotels of the World.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

170 chambres viennent tout juste d’être rénovées ainsi que le Piano Bar au design contemporain sublimé par des ambiances lumineuses et musicales uniques et le restaurant Amélys dont je vous parle ci-dessus.

Un Club Santé qui propose des soins de qualité, une salle de fitness ainsi qu’une piscine couverte, la navette vers l’aéroport, un parking couvert et une charmante boutique viennent compléter les services proposés par l’Hôtel et en font une adresse vraiment idéale tant pour les hommes d’affaires que pour les touristes. A quelques pas du centre financier, l’hôtel est également très proche des centres d’intérêt culturels et historiques de la ville.

Un magnifique établissement à tous points de vues qui mérite le détour si vous passez un jour par Luxembourg.

Villeroy & Boch… d’autres belles photos

Hello tout le monde,

Me revoilà avec d’autres belles photos qui ont été prises par le photographe professionnel officiel du magazine Kachen.lu http://kachen.lu/ qu’il nous a gentiment transmises afin que nous puissions les utiliser pour nos fins personnelles.

Je ne pouvais donc pas les garder uniquement pour moi et vous refais donc ici un petit article en passant dans lequel je vous en fais profiter.

Vous y découvrirez les alentours du musée, les blogueurs qui étaient présents lors de cette excursion découverte tout au long de la visite du musée, les créations Villeroy & Boch exposées dans le musée, nos guides, le Château de Saarek et ses extérieurs….

Galerie de photos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voilà, c’était rapide et j’espère à nouveau vous avoir donné envie d’aller visiter ce joli musée et sa région.

J’en profite pour remercier à nouveau Kachen Magazin et Villeroy & Boch pour cette belle découverte.

Villeroy & Boch

Ce vendredi 4 août, de nouveau grâce au magazine culinaire luxembourgeois Kachen, organisateur du 1er blog award à Luxembourg, j’ai encore eu la chance de passer une superbe journée de découvertes en compagnie d’autres blogueurs.

Je ne sais pas en ce qui vous concerne, mais je me dis que parfois on cherche à aller loin pour voir ou découvrir de belles choses alors que bien souvent il y en a tout près de chez nous et on l’ignore.

En effet, à ma grande et très agréable surprise, a à peine un peu plus d’une heure de chez moi, j’ai pu découvrir une très belle région touristique juste derrière la frontière française et luxembourgeoise, et plus particulièrement la petite ville de Mettlach, commune allemande du Land de Sarre où se trouve le siège de la faïencerie internationalement connue et renommée, Villeroy & Boch situé 1-3 Saaruferstrasse, Alte Abtei.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Derrière la façade de cette ancienne abbaye bénédictine se trouvent 260 ans d’histoire de la céramique qui retrace le parcours et la réussite d’une dynastie familiale et vous présente des siècles de tradition de la céramique et des idées tournées vers le futur sur le thème « Vivre et Habiter ».

Si vous voulez découvrir l’histoire de Villeroy & Boch en détail, allez vite voir les informations que vous trouverez sous ce lien pour en apprendre plus sur ses créateurs (https://www.villeroyboch-group.com/fr/entreprise/notre-histoire/lhistorique.html)

Quant à nous, au cours de notre visite du musée, nous avons eu accès au « Keravision », qui au travers d’un film d’une vingtaine de minutes que nous avons pu visionner, fait le lien entre les 260 ans d’histoire de la société et l’exposition de la palette actuelle des produits.

 

Dès l’entrée du musée on peut constater que l’alliance de la tradition et de la modernité joue un rôle moteur essentiel chez Villeroy & Boch, notamment en termes de création.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au fur et à mesure de notre visite dans le musée, nous avons pris plaisir à découvrir l’évolution de l’art de la céramique, de la culture à travers le temps mais aussi les « Arts de la table » en traversant différentes pièces où sont exposées des tables mises en scène avec différents services de vaisselle, plus belles les unes que les autres ainsi que des vaisselles spécialement créées pour, entre autres, des palaces dans le monde et l’Orient Express.

Art de la céramique

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Culture à travers le temps

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Arts de la table

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Créations spéciales pour palaces ou l’Orient express

Enfin, nous avons eu accès à l’un des plus beaux cafés de musée au monde, décoré dans le style de la laiterie de Dresde, recouvert de plus de 15.000 carreaux décorés à la main à partir de pièces originales du 19ème siècle fabriqués pour sa décoration.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour terminer cette jolie découverte en apothéose, nous avons été conviés à déjeuner au château de Saareck.  Pour la petite histoire, c’est le couple de jeunes mariés formé par Adeline von Boch, née Freiin von Liebieg à Reichenberg/Liberec, en Bohême, et Luitwin von Boch, qui en 1901 entreprirent de construire une maison. Ils s’adressèrent au célèbre architecte de Cologne, Ludwig Arntz, qui était également bâtisseur de cathédrales et conservateur de monuments.

Jusqu’à la moitié de la Seconde guerre mondiale, le château fut la résidence principale de la famille. Pendant la guerre, en 1942, Luitwin von Boch transforma le château de Saareck en hôpital militaire, ce qui le protégea de la destruction. Immédiatement après la fin de la guerre, le château fut utilisé par les troupes d’occupation comme bâtiment administratif.

A partir de 1946, de nombreux employés de Villeroy & Boch ainsi que des parents de la famille von Boch, y trouvèrent refuge.

Depuis 1954, le château de Saareck est la résidence hôtelière de Villeroy & Boch et lieu populaire pour les mariages et événements.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Décoration intérieure du Château

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre excellent repas

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et voilà, notre belle découverte arrive ici à sa fin… j’ai essayé de vous montrer le maximum de ce que nous avons pu voir, mais le choix des photos était difficile car j’en ai fait des dizaines et des dizaines.

La meilleure chose à faire pour vous, et j’espère que je vous en ai donné l’envie à travers cet article, c’est de vous rendre à Mettlach et d’aller y visiter le musée et pour finir, pourquoi ne pas passer dans la boutique Outlet qui se situe à quelques pas du musée et vous faire plaisir en vous offrant un petit souvenir Villeroy & Boch 😉

Des nouvelles de COCOTTES Luxembourg

Hello les ami(e)s,

j’ai un scoop pour vous… vous vous souvenez, je vous ai déjà parlé des boutiques COCOTTES dans un de mes précédents articles… si, si, allez fouiller dans mes articles et vous verrez 😉

Et bien je peux vous dire que dès demain, mardi 1er août à 8h00, une 4ème boutique va ouvrir au Luxembourg et plus précisément au 35A, Avenue J.F. Kennedy L-1855 Luxembourg qui est situé au coeur de la place bancaire et financière, et au sein du Business Center Kirchberg de LOSCH (Bâtiment Banque Havilland).

Si vous avez la flemme d’aller revoir mon précédent article à leur sujet voici un petit rappel de ce que vous pouvez trouver dans les différentes boutiques.

COCOTTES propose ses produits « Fresh & Home-made Food », dans les gammes suivantes :
– Bocaux
– Salades
– Sandwichs / wraps
– Soupes
– Desserts
– Jus frais maison…etc à emporter ou à déguster sur place.

Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas encore, COCOTTES propose des produits sains, frais, variés et authentiques, du « prêt à manger » de qualité, fabriqué tous les jours dans leurs cuisines à Luxembourg par une équipe de professionnels, qui cuit, transforme, assaisonne des produits frais, de saison…

Pour info, les 3 autres boutiques COCOTTES sont à Luxembourg-Ville :

  • au 3A Rue Beaumont (au Centre-Ville, essentiellement à emporter) et
  • au 5A Rue Jean l’Aveugle (près de la place du Glacis avec un bel espace pour manger sur place) ainsi
  • qu’au 12D, rue Guillaume Kroll à la Cloche d’Or.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Niveau décoration c’est toujours le style COCOTTES, mais avec quelques détails qui diffèrent ! 😉 Comme je dis toujours, le mieux est de venir sur place pour se faire une idée et découvrir les lieux !

Enfin, pour en terminer et être complètement exhaustive, COCOTTES est également présent avec ses produits chez PALL CENTER Strassen, depuis le 12 juin et va lancer son tout nouveau site internet, plus actuel, plus tendance et plus ergonomique dès demain mardi 1er août. Allez y jeter un oeil si vous voulez découvrir leurs menus et trouver d’autres informations.

Mon petit doigt m’a dit qu’il semblerait qu’une 5ème boutique COCOTTES voit encore le jour cette année… restez donc sur vos gardes 😉

 

 

Cactus Schnékert Hausgemaacht et Bruno Café

Comme vous le savez, mon blog participe au premier Blog Award 2017 http://blogaward.lu/fr/award-2/ organisé par le seul et unique magazine culinaire luxembourgeois, Kachen Magazin http://kachen.lu/

D’ailleurs, j’en profite pour vous dire en passant que je compte sur vous pour aller voter pour mon blog et d’en parler à vos ami(e)s aussi.

Mais revenons à nos moutons… ce midi, en tant que participante au Blog Award, le magazine Kachen nous a convié(e)s chez Cactus l’un de ses nombreux partenaires.

Pour cette occasion, le programme prévu par Kachen Magazine était le suivant :

12:30 – 13:00 Accueil showroom Schnékert avec amuses bouches et soft drinks
13:00 – 13:45 Visite de la production pâtisserie Cactus « Hausgemaacht » et service d’un morceau de dessert
13:45 – 14:15 Visite de la torréfaction « Bruno » et service des cafés

Rendez-vous était donc donné au showroom Schnékert, situé à Windhof (Capellen), à une petite quarantaine kilomètres de chez moi, au Grand-Duché de Luxembourg.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Frontalière, je connais très bien les enseignes Cactus depuis près de 30 ans et aime beaucoup les produits que l’on peut y trouver. Par contre, je ne connaissais pas du tout « l’envers » du décor et peux vous dire que j’ai été plus qu’agréablement surprise par tout ce que j’ai vu et appris lors de notre visite dans leurs locaux.

Cactus est une entreprise familiale, qui tout comme moi est née en 1967 (une très bonne année non?) Avec plus de 4.000 collaborateurs, en 2017, elle est devenue la deuxième entreprise privée du pays derrière le groupe Arcelor. Elle doit une partie de son succès à ses origines luxembourgeoises et fait donc partie de la culture du pays et de ses habitants ce qui lui permet de bénéficier et d’entretenir des relations étroites avec les producteurs régionaux et locaux pour répondre aux besoins et attentes d’une population de plus en plus diversifiée et internationale résidant au Luxembourg.

Cactus c’est aussi :

Un réseau dense de 47 points de vente répartis sur 45 sites à travers le Luxembourg :

2 Cactus hypermarchés (12 000 m2 – 15 000 m2 / plus de 125 000 références)
11 Cactus supermarchés (2 000 m2 – 5 000 m2 / entre 25 000 et 40 000 références)
8 Cactus marchés (800 m2 – 1 500 m2 / entre
6 000 et 10 000 références)
4 Cactus hobbi (4 000 m2 – 6 000 m2 /  entre
60 000 et 75 000 références

  • 22 Cactus Shoppi (50 m2 – 250 m2 / entre 800 et 1 200 références)

 14 Cactus Restaurants et 6 sandwicheries Cactus fresh

4 ateliers de production

  • Pâtisserie
  • Boucherie/Charcuterie
  • Traiteur « De Schnékert »
  • Torréfaction

La philosophie de Cactus

« Que ce soit dans nos supermarchés, nos restaurants ou ateliers de production, nous cultivons depuis l’an 1900 la même passion pour une offre de qualité au meilleur prix !

 Nëmmen dat Bescht !

 Le bio c’est logique pour nous ! Nous nous engageons à offrir à nos clients les meilleurs produits biologiques pour tous leurs besoins. Sans OGM, sans pesticides, sans engrais chimiques – sans compromis ! Les produits Bio sont vendus chez Cactus depuis 40 ans et plus de 2 500 produits Bio figurent aujourd’hui dans notre assortiment. Cactus dispose également de sa propre marque Bio.

Une conduite basée sur des principes éthiques ! Chez Cactus, nous respectons tout homme et sommes conscients de notre responsabilité sociale en matière de formation des jeunes, d’aide au tiers-monde et de soutien aux plus démunis. Depuis 1993, année d’introduction du café Fairtrade dans notre assortiment, le commerce équitable fait partie intégrante de l’ADN du groupe. Aujourd’hui, nous comptons plus de 130 références issues du commerce équitable. Depuis 2012, toutes nos actions philanthropiques sont réunies et gérées sous la dénomination Cactus Charity.

Nous sommes fiers de notre région ! Nous nous engageons à soutenir l’agriculture régionale en partageant avec nos clients notre passion pour le meilleur de nos fermes, vergers et vignes de la région. La promotion des producteurs régionaux fait partie des principales préoccupations de Cactus. C’est pour cette raison que nous avons créé des logos et labels propres qui garantissent la qualité des produits dans le respect de la nature et des animaux.

Nous produisons des spécialités faites-maisons par conviction ! Nous nous engageons à ne produire dans nos 4 ateliers de production – pâtisserie, torréfaction, charcuterie et traiteur, que des produits de qualité et cela en évitant, dans la mesure du possible, tout produit chimique, additif et conservateur trop souvent utilisés par les multinationales alimentaires.

Cactus, c’est la viande de bœuf de l’éleveur luxembourgeois ! Nous nous engageons à vous offrir le meilleur bœuf de nos pâturages et ce en étroite collaboration avec plus de 160 éleveurs locaux respectant minutieusement un cahier des charges très stricte, dans le respect de l’environnement et de l’animal. C’est pour cela que nous avons créé en 1996, en collaboration avec la Fédération des Herdbooks Luxembourgeois (aujourd’hui Convis), le label « Cactus Rëndfleesch vum Lëtzebuerger Bauer », garant d’une viande de bœuf de qualité supérieure. 

Nous nous engageons pour une meilleure qualité de vie ! Nous nous engageons depuis toujours à respecter par tous nos moyens l’environnement et à favoriser le développement durable. Réserve naturelle Cactus de 55 hectares, vergers Cactus, ruches d’abeilles, énergie solaire, pêche durable et responsable, … sont quelques exemples de nos réalisations concrètes. »

En tous cas, après avoir pu visiter aujourd’hui les ateliers de production de pâtisseries fines, je peux vous certifier que tout cela n’est pas que du blabla et je vous avoue que j’ai été véritablement surprise de constater que toutes les pâtisseries sont faites « main ». Bien entendu, comme dans toutes pâtisseries ou boulangeries il y a des machines pour pétrir les pâtes ou faire des mélanges étant donné les quantités, mais tout le reste est fait main ou passe dans les mains de personnes en charge des différents postes comme par exemple le fonçage des pâtes dans les moules, la disposition des fruits frais (traités, découpés ou taillés à la main) sur les gâteaux ou les tartes ainsi que la réalisation de gâteaux d’anniversaires, ou pas, personnalisés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout est mis en oeuvre pour n’offrir que le meilleur tant pour les yeux que pour le palais.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’ailleurs, 43% des références vendues les magasins Cactus proviennent de la production maison et sont réalisés dans des ateliers qui occupent une surface totale de 5.000m2 dans lesquels une cinquantaine de spécialistes sont quotidiennement au service de la qualité moyennant l’utilisation exclusive de matières premières nobles.

Pour ne citer que ces produits-là, la tarte au fromage et la fabrication du « Bamkuch », spécialité luxembourgeoise, nécessitant un savoir-faire ainsi qu’une connaissance du produit, font partie des meilleures ventes en pâtisserie.

Bien entendu, après la visite des différents ateliers, nous avons pu déguster du gâteau aux fraises ainsi que de la tarte aux quetsches. Quel régal!!!!

Enfin, il était temps d’aller visiter les ateliers de torréfaction Bruno. Pour cela, il suffisait de se laisser guider par la bonne odeur de café qui s’en échappait pour rejoindre les locaux du torréfacteur Bruno qui officie depuis plus de 80 ans et qui est connu et reconnu comme étant le plus grand torréfacteur luxembourgeois avec une production annuelle d’environ 300 tonnes de café.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Spécialisé dans le café en grains, Bruno Café propose une large gamme de cafés (Bio Fairtrade, Costa Rica, Guatemala, Maragogype, …) tout comme des mélanges classiques (Dessert, Espresso, Décaféiné…)

A réception, le taux d’humidité des sacs de café est contrôlé de façon aléatoire. Si tout est ok, les sacs sont stockés et traités au besoin.

Le premier traitement que les grains de café vont subir, c’est de passer dans une machine qui va « trier » les éventuels déchets et les grains de café.

Ensuite le café peut passer à la torréfaction, dont l’opération dure environ 8 minutes.

Dommage que je ne puisse pas vous faire passer l’odeur du café tout juste torréfié via cet article.

Après ces différentes étapes, il ne reste plus qu’à ensacher le café. Quant à nous, il ne nous restait plus qu’à en déguster une bonne tasse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En tous cas, merci à Kachen Magazine d’avoir organisé cette visite pour nous les blogueuses(eurs) et merci à Cactus Schnékert Hausgemaacht et Bruno Café de nous avoir fait découvrir l’envers du décor.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La French touch

Me revoilà avec la suite de notre périple.

Après notre superbe semaine en Italie, bien trop courte à mon goût et à refaire, nous avons repris la route direction Marseille pour passer faire un coucou de 3 jours chez ma soeur.

Alors que nous avons eu un temps superbe toute la semaine, nous avons quitté Caorle sous un ciel menaçant et un temps lourd. Avant de repartir définitivement, nous avons fait une première halte chez un des petits producteurs locaux dont les étals fleurissent au bord de la route où nous avons acheté des fruits et légumes (pastèque, prunes, abricots, oignons rouges, tomates…) de sa propre production puis à San Donà di Piave pour faire quelques dernières courses (polenta blanche, articles de cuisine, biscuits, viande pour le bbq du soir chez ma soeur…).

Nous voilà partis à nouveau pour un minimum 8h de route, direction la Ligurie vers Gênes. C’était un dimanche et nous étions pratiquement seuls sur la route. Partis sous les nuages, la pluie et les orages, on retrouve très vite le ciel bleu et la chaleur qui va avec. La région et les paysages sont magnifiques.. de vastes plaines avec des champs de maïs, de tournesols ou des vignes, puis des collines et enfin, nous voyageons entre la mer et les collines. Nous passons Gênes, San Remo puis arrivons Vingtimille et passons enfin la frontière pour nous retrouver à Menton aux alentours de 16h30.

Là, d’un commun accord, on se décide de sortir de l’autoroute et d’aller faire un petit tour à Menton le temps de nous dérouiller les jambes en nous promenant un peu et de faire une petite pause café et manger une bonne glace rafraîchissante sur une terrasse au bord de la mer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du peu que nous avons rapidement vu de Menton, c’est une ville magnifique où nous retournerons très certainement afin de la découvrir plus en profondeur, ainsi que Gênes et San Remo d’ailleurs que j’aurais bien voulu visiter aussi. Pas toujours facile de tout voir ou alors il faudrait faire une étape chaque jour et je ne vous dis pas le nombre de jours de congé qu’il faudrait prendre pour pouvoir prendre le temps…. vivement la retraite comme dis mon mari….

Il est maintenant temps de reprendre la route et de terminer notre périple vers Marseille où nous sommes attendus et où nous sommes arrivés après 20h30.

Comme d’habitude, quand on a peu de temps sur place, on va partout et nulle part à la fois et surtout on fait selon les emplois du temps de chacun. Une visite à Cassis comme à chaque fois, parce que j’adore, puis à St Cyr sur Mer et une excursion en bateau un soir vers les Iles du Frioul. Le temps passe toujours trop vite malheureusement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une amie m’avait conseillé la brasserie de son frère, l’Océan, à Sausset-les-pins https://www.facebook.com/Loceansausset13/, que nous n’avons pas eu le temps de visiter cette fois-ci, mais qui n’est que partie remise lors de notre prochain passage dans la région.

Mercredi, il était déjà temps de repartir, cette fois, direction Lespignan https://fr.wikipedia.org/wiki/Lespignan dans le Languedoc-Roussillon pour aller faire un petit coucou jusqu’à samedi soir chez ma mère. Sur la route, j’avais proposé à mon mari de faire une petite halte aux Baux-de-Provence que je connaissais déjà mais pas lui, puis après cette étape, de nouveau de façon improvisée, nous avons fait une halte à Arles pour y visiter ses arènes et flâner dans ses rues. Encore une très belle région à traverser où l’on passe des rizières aux champs de tournesols, aux vignes, et où l’on croise dans la campagne des chevaux de camargues, les fameuses vachettes et taureaux de la région.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le temps de reprendre la route et de terminer notre itinéraire, le temps avait bien changé et avons fini notre périple sous un nouvel orage du tonnerre.

Le jeudi matin, un petit tour au marché le long de la plage de St Pierre la Mer s’imposait. Malheureusement pour nous , il y avait un tel vent à décorner les boeufs et de plus très frais, que la plupart des marchands n’étaient pas venus. Ceux présents avaient bien du mal à garder leurs étals sans que rien ne s’en envole à chaque bourrasque. Du coup, l’après-midi, nous sommes allés faire un petit tour à Béziers puis à Valras-Plage avant de rentrer en fin de journée.

Vendredi, l’Espagne étant à un jet de pierre, nous avions prévu une petite virée à Roses près d’Empuria Brava. Là aussi, après avoir flâné dans les rues piétonnes de la ville, déjeuner sur une terrasse au bord de la mer dans un restaurant super sympa, l’Estrop http://www.estrop.es/index.php?idioma=french, dont le patron produit sa propre huile d’olives et la propose sur ses tables avec ses olives en dégustation. Une T U E R I E !!!!! Je n’ai pas pu m’empêcher d’en rapporter une bouteille. Ensuite, le temps de repasser faire quelques courses (oui, encore des courses mdrrrrrrrrrrrrrrrrr) dans l’une des grandes surfaces où tous les français frontaliers viennent faire leurs courses en raison des prix nettement plus avantageux qu’en France, il était déjà temps de reprendre la route et de rentrer vers Lespignan.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Déjà samedi et notre dernier jour dans la région avant de repartir le soir vers 20h puisque mon mari préférait reprendre la route de nuit plutôt que le dimanche matin. Nous voilà donc partis en visite jusqu’à Gruissan, là où se trouve les vignobles des Vins Pierre Richard http://www.vinspierrerichard.com/domaine, que je m’étais promise de visiter la prochaine fois que je serais de passage quelques jours chez ma mère. Après avoir découvert la région et surtout Gruissan, je le comprends très bien quand il dit que sa passion pour le vin a commencé par un paysage. On ne peut que tomber amoureux de cette belle région. Bien qu’une fois de plus le vent soufflait très fort, le Cers nous a-t-on dit sur place, nous avons pris le temps de parcourir les petites rues de Gruissan et de flâner sur son marché.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au détour d’une rue, j’ai repéré un Monsieur qui était présent avec quelques livres et m’en suis approchée. Il s’agissait de Monsieur Jean-Pierre GROTTI  http://www.aude-en-romans.fr/pages/biographie.php, écrivain romancier local qui dédicaçait certains de ses romans. Je n’ai bien entendu pas pu résister à lui acheter un de ses romans, Revoir Margot, dont la très belle histoire se déroule dans la région, et pour lequel j’ai eu droit à une jolie dédicace de sa part.

Il était déjà temps de remonter en voiture et de nous diriger vers les vignobles recherchés… c’était sans compter tomber à nouveau sur un nouvel endroit magnifique situé quelques (kilo)mètres avant notre but ultime, le salin de Gruissan http://www.lesalindegruissan.fr/ où une nouvelle halte et visite s’imposaient tellement c’était beau!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après avoir fait un tour du site et aussi de la boutique, cette fois nous arrivons enfin chez Monsieur Pierre Richard, sur son domaine Château Bel Evêque où nous avons pu déguster ses vins en compagnie d’autres touristes et amateurs de bons vins arrivés en même temps que nous sur place.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et voilà, nos vacances arrivent à leur fin… c’est la tête remplie d’images, d’odeurs et de bons moments passés que nous reprenons la route vers notre Nord-Est presque natal et qu’on se demande déjà quand est-ce qu’on reviendra…

Au revoir Lespignan et le Sud de la France…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’espère n’avoir pas été trop longue et que vous aurez réussi à aller jusqu’au bout de ce nouvel article. Comme toujours, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ou de vos questions.

A très bientôt pour de nouvelles histoires et recettes.

LucienSchweitzer, Malle W. Trousseau….

La semaine dernière, j’ai eu l’opportunité de découvrir une très belle boutique située au n° 16 de l’Avenue de la Liberté à Luxembourg.

La boutique LucienSchweitzer 16a, Avenue de la Liberté 

 

http://www.lucienschweitzer.lu/boutiques-showroom-schweitzer

Une vraie caverne dAli Baba où vous ne savez pas où donner de la tête tellement tout ce que vous y trouvez attire l’oeil surtout si vous aimez ce qui est beau et de qualité.

 

 

De la décoration intérieure, aux meubles, aux luminaires, aux arts de la table… leur showroom vous en mettra plein les yeux et leurs conseillères répondront à toutes vos questions ou sollicitations dans plusieurs langues.

En tant que passionnée de cuisine et de pâtisserie, mon attention a été particulièrement attirée par un produit que je n’ai jamais vu ailleurs… une malle immense contenant tout un tas d’ustensiles de grande qualité pour bien cuisiner. Une idée cadeau géniale et plus qu’originale à offrir pour un mariage par exemple, un vrai trousseau… d’où son nom, la malle trousseau.

Qu’est-ce que j’aurais aimé recevoir ça quand je me suis mariée ! Quoi que à l’époque, comme vous le savez déjà, je n’avais quasiment jamais touché une casserole et mes connaissances en cuisine étaient plus que rudimentaires… aïe, aïe, aïe… mais avec un tel cadeau, il m’aurait été impossible de ne pas me mettre tout de suite à la bonne cuisine!

L’air de rien, pour bien cuisiner, il faut être un minimum équipée et avoir les bons ustensiles parce que tout comme on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs, on ne fait pas de bonne cuisine sans bonnes marmites, sans bons couteaux et on a du mal à dresser une belle table sans avoir une belle vaisselle.

D’ailleurs, je me suis promis d’y retourner très prochainement car l’une de leur collection de vaisselle (Paola Navone) m’a fait un appel du pied et bien tapé dans l’oeil.

ART DE LA TABLE

Blanche, complètement épurée, c’est tout ce que j’aime et en plus ça vient d’Italie, je ne peux donc pas résister!

Joli non pour un café gourmand? J’imagine déjà la sous-tasse garnie de mini madeleines, de crumchies ou autres gourmandises… Pas vous?

 

 

En tous cas, si vous n’avez pas l’occasion de pouvoir vous rendre sur place, je vous laisse regarder les quelques photos ci-dessous que j’ai pu prendre pour les partager avec vous et espère qu’elles vous plairont autant que ça m’a plu.