Risotto aux moules

Aujourd’hui, je vous propose une recette antigaspi où comment réutiliser les restes de la veille et en faire un nouveau bon plat qui va régaler tout le monde.

 Hier soir, au menu il y avait camembert rôti au four et pommes de terre rôties pour les hommes. Pour moi, c’était des moules à la marinière. Eh oui, j’adore ça moi les moules… j’en mangerais presque tous les jours arghhhhhhhhh…

 

 

Donc, vu que j’avais trop de moules pour moi toute seule, j’ai attendu qu’elles refroidissent, je les ai décortiquées et ai filtré leur jus de cuisson pour l’ajouter pendant la cuisson de mon risotto.

 

 

 

Voici donc ce qu’il vous faut pour réaliser cette recette :

350g de riz rond arborio
1 oignon
20cl de vin blanc
75cl de jus de cuisson des moules filtré ou de bouillon de poule
de l’huile d’olive
sel, poivre

Pour commencer, éplucher l’oignon et l’émincer.

Réchauffer le jus de cuisson ou préparer un bouillon de poule.

Faire fondre l’oignon dans un faitout avec l’huile d’olive en remuant. Quand il devient transparent, ajouter le riz dans le faitout et bien remuer jusqu’à ce qu’il devienne translucide et bien brillant (on dit à ce moment là que le riz est nacré).

Ajouter le vin blanc, remuer et laisser évaporer le liquide avant d’ajouter deux louches de bouillon bien chaud.

Toujours bien remuer en attendant que le riz absorbe tout le liquide avant d’en rajouter, louche par louche.

Répéter l’opération en comptant une vingtaine de minutes pour une cuisson complète du riz.

Enfin, ajouter les moules, remuer, laisser poser quelques minutes et à taaaaaaaaaaaaaaaaable !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Gratin de chou fleur, pommes de terre, béchamel

Hello tout le monde,

quoi de mieux que de manger des légumes de saison? et si vous l’aimez, le chou fleur en fait partie.

Ce gratin est tellement savoureux qu’il se suffit à lui-même, mais il peut aussi très bien accompagner une viande de votre choix.

Voici la liste des ingrédients qu’il vous faudra pour réaliser la recette :

1 beau chou fleur
6 grosses pommes de terre
100 grammes d’emmental rapé
du parmesan
de la chapelure
sel, poivre

du beurre pour le plat à gratin

pour la béchamel, soit vous la faites avec 1 litre de lait et un roux spécial sauce blanche ou béchamel de chez maïzena en suivant les indications sur la boite (version la plus simple), soit vous réalisez une vraie béchamel avec :
1 litre de lait
100g de beurre
100g de farine
sel, poivre, muscade

Comme toujours, on rassemble tout ce qui est nécessaire à la recette avant de se lancer.

On beurre le plat à gratin.

On épluche les pommes de terre, on les lave bien et on les détaille en gros cubes.

Les mettre à cuire, départ à froid, dans un gros volume d’eau salée pendant une bonne dizaine de minutes.
Pendant que les pommes de terre commencent leur cuisson, on préchauffe le four à 240°, on lave le chou fleur et on le détaille en bouquets.
Au bout de 10 minutes, ajouter les bouquets de chou fleur aux pommes de terre en train de cuire et prolonger la cuisson 10 à 12 minutes également. Attention, les temps de cuisson sont approximatifs. L’idéal est que les légumes ne soient pas trop cuits donc penser à vérifier leur cuisson à l’aide d’un couteau.

Pendant que le chou fleur cuit, on commence à préparer la sauce béchamel soit comme indiqué sur la boîte maïzena en ajoutant du sel, du poivre et de la muscade, soit en réalisant une béchamel comme suit :

Faire fondre le beurre dans une casserole à feu moyen.
Ajouter les 100g de farine et bien remuer sans s’arrêter à l’aide d’un fouet.
On mouille avec le lait. Sel, poivre, muscade comme vous aimez et faire cuire sans cesser de remuer jusqu’à ce que la béchamel épaississe. Attention à ne pas faire brûler votre préparation.

En fin de cuisson de la béchamel, on ajoute l’emmental râpé dans la casserole en continuant à remuer. Gouter et rectifier l’assaisonnement si nécessaire.

Il ne vous reste plus qu’à égoutter vos légumes s’ils sont cuits et à les répartir dans votre plat à gratin beurré.
Verser la sauce béchamel à l’emmental sur les légumes en la répartissant bien.
Saupoudrer enfin de parmesan et de chapelure.
Si vous n’aimez pas le parmesan, vous pouvez simplement rajouter de l’emmental râpé.

Dernière étape, on enfourne pour 12 à 15 minutes, puis servir dès la sortie du four.

A taaaaaaaaaaaaable !

Cuisses de poulet et petits légumes grillés au four

J’adore cuisiner et y passer des heures, mais j’adore aussi réaliser des plats où il n’y a rien à faire à part préparer les légumes et tout mettre à cuire avec de la viande dans le même plat dans le four.

Ce week-end j’ai donc préparé des cuisses de poulet grillées sur un lit de pommes de terres, de carottes et de tomates.

Voici la liste des ingrédients qui ont composé ma recette.

6 cuisses de poulet
6 grosses pommes de terre
3 carottes (ce qui restait dans mon frigo)
1 grosse tomate à farcir
2 gousses d’ail
du thym
2 feuilles de laurier
sel, poivre
huile d’olive
mélange malin pour volaille de chez Ducros

Préchauffer le four à 180° chaleur tournante.

Une fois que vous avez tous ces éléments, il vous suffit d’éplucher vos pommes de terre et de les détailler en très gros cubes, d’éplucher les carottes et les détailler en gros morceaux, découper la grosse tomate à farcir en 6 quartiers et tout déposer dans votre plat allant au four.

Verser un filet d’huile d’olive sur le tout et bien mélanger.
Saler, poivrer.

Placer les deux gousses d’ail aplaties avec un couteau dans le plat ainsi que les branches de thym et les deux feuilles de laurier.

Assaisonner les cuisses de poulet avec le mélange malin de chez Ducros pour volaille et les déposer sur les légumes.

Il ne vous reste plus qu’à mettre votre plat au four et laisser cuire pendant une heure.

Une fois tout bien cuit, vous n’avez plus qu’à mettre la table et à vous régaler, tout ça sans stress.

Bon appétit !

Velouté de tomates

Bon, et bien c’est reparti pour le confinement le retour… pour garder le moral et la santé, il faut booster notre immunité, donc vu que j’avais encore des grosses tomates à farcir et des branches de céleri, j’ai eu envie de me faire une bonne soupe à la tomate.

Pour garder le moral, mettre de la couleur dans son alimentation, il n’y a rien de mieux et une bonne soupe, vu la météo pluvieuse et venteuse du jour, c’est bien réconfortant.

Voici ma recette réalisée avec ce que j’avais à la maison.

1 gros oignon (de roscoff)
2 gousses d’ail
de l’huile d’olive
3 ou 4 belles branches de céleri
2 grosses pommes de terre
3 ou 4 belles grosses tomates à farcir
3 cubes de bouillon de volaille
2 feuilles de laurier
sel, poivre, curcuma
St Moret

Pour commencer, on prépare tous ses légumes. On épluche l’oignon, on le coupe grossièrement. On épluche les gousses d’ail, on les dégerme, on les écrase.

On lave les branches de céleri et on les détaille en tronçons (branches et feuilles). On épluche les pommes de terre, on les lave et on les détaille en cubes.

On épluche les tomates (ce n’est pas obligatoire, mais je préfère) et on les détaille également en cubes.

Dans un faitout, faire chauffer un peu d’huile d’olive et y faire enfin revenir à feu doux l’oignon et la gousse d’ail sans faire colorer. Ajouter le céleri et bien remuer pendant quelques minutes.

Ajouter les pommes de terre et les tomates. Toujours bien mélanger.

Ajouter les feuilles de laurier, émietter les cubes de bouillon et couvrir d’eau, puis de nouveau bien remuer.

Porter le tout à ébullition, réduire le feu et laisse cuire à petits bouillons pendant une vingtaine de minutes.

Je ne sais pas vous, mais moi j’adore sentir l’odeur des légumes qui cuisent et qui se répand dans la cuisine.

Une fois les légumes cuits, gouter avant d’assaisonner surtout pour le sel.

J’ai mis une pincée de fleur de sel, du poivre, du curcuma et surtout j’ai retiré les deux feuilles de laurier avant de mixer mes légumes.

Au moment de mixer, ajouter (et là aussi c’est facultatif), des petits carrés de St Moret ou autre fromage frais. Comme je vous l’ai dit, j’ai fait avec ce que j’avais à la maison. Il est possible aussi de mettre une belle boule de mozzarella bien fraîche à la place.

Il en vous reste plus qu’à dresser votre belle soupe dans de jolis bols et de vous régaler ;o)

Moules marinières à ma façon

Puisque c’est la saison et surtout parce que j’adore ça, aujourd’hui je me suis fait (oui, rien que pour moi parce que mon chéri ne kiffe pas trop ça et il a donc eu droit à du poisson) des moules marinières. Et puis, vu les temps qui courent il faut se faire plaisir, non?

Il me restait un poireau et deux carottes dans le frigo, c’était aussi l’occasion de les utiliser.

Voici ma recette personnelle :

1,4kg de moules élevées en pleine mer
1 poireau
2 carottes
1 oignon jaune
1 gousse d’ail
1 noix de beurre
sel, poivre

Commencer par nettoyer les légumes.

Laver le poireau en le taillant dans la longueur pour bien laver entre toutes les feuilles, le sécher et le tailler en rondelles.

Eplucher et laver les carottes avant de les détailler en rondelles également.

Découper l’oignon en grosses rondelles.

Faire chauffer une noix de beurre dans un grand faitout, y déposer les légumes et les faire suer à feu vif pendant quelques minutes puis ajouter la gousse d’ail entière, éplulchée.

Saler (pas trop car les moules rendront du sel) et poivrer.

Couvrir avec un litre d’eau et laisser mijoter au moins pendant 30 minutes à couvert.

Pendant ce temps là, bien nettoyer les moules en les grattant avec un couteau sous l’eau froide et les réserver au frais. Eliminer systématiquement les moules cassées.

Pour être synchro (cuisson des frites et moules), si vous avez un chéri sympa et qui aime les frites, faites-lui éplucher les pommes de terre et s’occuper des frites ;o)

Il ne vous reste plus qu’à jeter les moules dans le grand faitout avec les légumes, bien remuer à plusieurs reprises et laisser cuire minimum 8 à 9 minutes.

Si vous aimez, vous pouvez aussi ajouter un verre de vin blanc pendant la cuisson de vos légumes, ajouter du céleri branche dans vos légumes à la place du poireau, de l’échalotte à la place de l’oignon, mettre une feuille de laurier, ajouter du persil à la fin de la cuisson… comme je dis toujours, faites comme vous aimez et vous ne serez jamais déçus ;o)

A taaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaable !!!!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Soupe de « passatine »

On cherche de plus en plus à réduire nos déchets. D’ailleurs, il existe tout un tas de recettes dans lesquelles on utilise ou réutilise des restes pour en faire d’autres plats tout aussi délicieux.

Aujourd’hui je vous présente une recette italienne de soupe aux « passatine » ou encore « passatelli » que j’ai préparée avec un reste de bouillon de poule dans lequel j’avais cuit une poule pour faire ma poule à la sauce blanche lors du Réveillon de Noël.

Les « passatine » sont simples à réaliser. Il suffit d’avoir du pain rassis, du parmesan, des oeufs et un peu de farine.

Pour 6 personnes il vous faudra :

3 oeufs
150g de chapelure que vous réaliserez avec votre pain rassis
80g de parmesan râpé
35g de farine

Dans un premier temps, mixer le pain bien sec pour obtenir une chapelure bien fine (ne pas hésiter à le sécher au four s’il n’est pas assez rassis). La mettre dans votre robot et la mélanger au parmesan, puis ajouter la farine et les œufs.

Laisser le temps au mélange d’absorber les œufs pendant quelques minutes et mélanger à nouveau pour obtenir une pâte d’une consistance plutôt lourde et condensée.

Lorsque cette consistance est obtenue, sortir la pâte du robot et la placer dans un « écrase-purée » ou bien utiliser une râpe à gros trous.

Porter le bouillon de poule à ébullition et venir presser ou râper la pâte par dessus, puis laisser cuire environ 8 minutes.

Il ne reste plus qu’à servir et vous régaler. Une fois dans les assiettes, vous pouvez parsemer de persil haché et de parmesan. Vous verrez, c’est un vrai délice.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

Soupe maison lentilles corail, carottes et curry

Même si les jours rallongent et que ça commence à se voir un peu, surtout le soir, il fait super froid et humide ces derniers jours et rien de tel pour se réchauffer qu’une bonne soupe, non?

En ce moment, j’aime beaucoup préparer une soupe avec des lentilles corail et des carottes pour avoir un peu de couleur dans mon assiette et aussi parce que c’est une soupe bien épaisse, qui tient bien au corps. Normalement, dans cette recette, il est question d’ajouter du lait de coco, mais chez nous, on n’aime pas trop ça (et oui, quand je dis chez nous, c’est surtout mon chéri qui n’aime pas ça….) donc je le remplace par du lait « normal » et j’ajoute du curry (plus ou moins ici aussi selon les goûts personnels).

Voici ma recette :

 

300g de lentilles corail
3 ou 4 belles carottes
40cl de lait de coco (pour moi du lait de vache)
1 à 2 cuillère à café de curry (selon les goûts)
1L à 1,5L de bouillon de volaille (préparer 1,5L)
1 gros oignon
1 gousse d’ail
de l’huile d’olive
sel
poivre

 

La première chose à faire est de bien rincer les lentilles puis de les égoutter correctement.

Ensuite, on épluche et on émince l’oignon. On s’attaque ensuite aux carottes qu’on épluche et qu’on découpe en petits dés ou rondelles fines (pour faciliter leur cuisson).

Dans une casserole, faire chauffer un peu d’huile d’olive et y faire revenir les oignons émincés et l’ail écrasé, à feu doux.

Dès que les oignons sont translucides, on ajoute les dés de carottes dans la casserole, puis le curry en poudre. On mélange bien le tout.

Il est temps maintenant d’ajouter le lait, 1 litre de bouillon de volaille et pour finir les lentilles. N’oubliez pas de saler et poivrer légèrement.

Une fois le tout arrivé à ébullition, on diminue le feu et on laisse mijoter en douceur environ 25 minutes en mélangeant de temps en temps.

Il ne vous reste plus qu’à mixer votre potage et si la soupe est trop épaisse, n’hésitez pas à rajouter du bouillon. Rectifier l’assaisonnement au besoin.

Au moment de servir, vous pouvez parsemer votre soupe avec un peu de persil ou de coriandre. Moi j’ajoute même un peu de piment doux en poudre.

Et maintenant, avec une bonne tranche de pain au seigle grillée, un peu de beurre frais…. dégustez votre soupe et régalez-vous !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

Pommes de terre Hasselback (à la suédoise)

Lors de la dernière foire Créativ à Luxexpo (Luxembourg) j’ai eu l’occasion de présenter le nouveau « Cutter Hasselback » de la marque Lekué sur le stand Coccoro de mon amie Dada qui a aussi sa boutique en ligne en Italie https://www.cocoroshop.it/

Ce « couteau » à 5 lames affutées comme des rasoirs, permet de tailler des tranches de pommes de terre (ou autres légumes/fruits comme les tomates, courgettes, aubergines, pommes, poires) d’épaisseur égale ce qui permet une cuisson homogène de la pomme de terre.

Vous allez me dire, mais on peut tout aussi bien détailler les pommes de terre à l’aide d’un simple couteau ! Evidemment qu’on peut le faire, d’ailleurs c’est comme ça que je le faisais avant, mais ça c’était avant que je fasse connaissance avec le cutter Hassleback ! Comme je l’ai dit avant, chaque tranche est d’épaisseur égale ce qui est difficile à faire avec un couteau car il faut être très régulière dans la découpe et le plus de ce couteau Hasselback, c’est qu’il n’y a aucun risque de couper la pomme de terre trop loin vu qu’il est conçu pour découper en laissant à peu près 5mm de marge pour que la pomme de terre reste entière et qu’elle s’ouvre à la cuisson sans craquer.

Avec ou sans cet ustensile, rien de plus simple que de faire des pommes de terre à la suédoise soit « nature » soit en utilisant par exemple des restes de fromage à raclette et de charcuterie.

Après avoir tranché vos pommes de terre, arrosez-les d’huile d’olive, salez, poivrez (utilisez les épices que vous aimez) et insérez une feuille de laurier dans chaque pomme de terre ou bien parsemez-les de feuilles de sauge hachées et enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 45 minutes.

Une fois les pommes de terre cuites, répartir du fromage (ce que vous avez sous la main dans votre frigo…. reblochon, fromage à raclette, mozzarella…) et/ou de la charcuterie (coppa, jambon cru, jambon cuit, pancetta…) entre les tranches et remettre au four pour 6 à 8 minutes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une bonne salade verte en accompagnant et le tour est joué. Il ne reste plus qu’à vous régaler !

Terrine de saison au dindonneau et aux poireaux

Mercredi, mon fils ainé s’est pacsé avec sa chérie et pour marquer le coup, je me suis mise aux fourneaux pour leur concocter un petit repas de fête en attendant de faire plus grand s’ils se marient un jour.

C’est la première fois que je faisais cette recette, mais je l’avais sous le coude depuis un temps déjà car je voulais la faire à Noël et je me suis donc dit que c’était l’occasion ou jamais de la tester. L’avantage de cette recette, c’est qu’on peut la préparer la veille, ce qui fait une chose en moins à faire le jour même.

En tous cas, recette validée par tous les convives présents mercredi soir !

Pour la réaliser chez vous aussi, il va vous falloir :

400g de filet de dindonneau
400g de chair à saucisse
au moins 15 tranches très fines de lard fumé
3 poireaux
3 échalotes
10 cl de cognac ou armagnac
50g de pistaches décortiquées
4 oeufs
du beurre, du sel et du poivre

On commence bien entendu par nettoyer les poireaux, les émincer finement et les faire fondre ensuite dans une sauteuse avec le beurre pendant une dizaine de minutes en couvrant. Un peu de sel, un peu de poivre et on remue de temps en temps et on veille bien à ne pas faire colorer les poireaux.

Préchauffer le four à 200°

Peler les échalotes.

Dans un robot mixeur, un blender ou dans n’importe quel autre appareil qui hache la viande, mixer les échalotes avec le dindonneau, la chair à saucisse, les œufs, le cognac ou l’armagnac.

Saler et poivrer.

Ajouter la fondue de poireaux et les pistaches concassées grossièrement, puis remuer.

Il ne reste plus qu’à tapisser la terrine (moi j’ai utilisé un moule à cake) avec les tranches de lard fumée puis garnir avec la farce au dindonneau en tassant bien. Puis rabattre les tranches de lard pour fermer la terrine.

Placer la terrine dans un plat à four et verser de l’eau dans le plat à four jusqu’à mi-hauteur de la terrine (faire un bain-marie quoi), puis enfourner pour 1h30.

A la sortie du four, laisser tiédir et démouler.

Comme dit précédemment, servir la terrine le lendemain, accompagnée d’une salade, et/ou de cornichons, elle n’en sera que meilleure encore.

Vous n’avez plus qu’à vous régaler !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Brunch de Pâques

Hello tout le monde,

à quelques jours de Pâques, je me suis enfin décidée à faire un brunch pour changer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vu qu’en général les enfants sont de sorties le samedi soir et qu’ils se lèvent tard pour venir manger, je me suis dit que le brunch serait le compromis idéal pour les régaler.

Du sucré (brioches, gaufres, pancakes…), du salé (pains maisons, quiches, charcuteries, fromages…), du froid (diverses salades, une panzanella*…), du chaud (une soupe, des grillades, des pommes de terres rôties…) et hop l’affaire est faite.. seulement, organiser un brunch ça se réfléchi à l’avance car il faut penser à ce qui pourrait plaire à tout le monde. Ensuite, il faut faire un choix entre toutes les recettes possibles puis dresser sa liste de courses pour ne rien oublier.

*PANZANELLA à la Burrata

400g de tomates
2 oignons rouges
1 concombre
1 citron
80g d’olives noires à la grecque
2 boules de burratta
du pain rassis
du vinaigre
4 càs d’huile d’olive
2 brins de thym
2 gousses d’ail
poivre et sel

Couper les tomates dans un saladier, ajouter les oignons rouges émincés, le concombre pelé, épépiné et coupé en tranches, le pain coupé en cubes (si vous n’avez pas de pain rassis, n’hésitez pas à passer vos tranches de pain au four ou au grille pain), les olives et les gousses d’ail pressées.

Ajouter le jus de citron, 3 càs d’huile d’olive, du vinaigre et enfin du sel et du poivre. Bien mélanger et laisser reposer au moins 30 minutes avant de servir.

Ensuite, il ne reste plus qu’à se faire un petit planning des préparations à faire en prenant en compte les différents temps de cuisson et aussi ce qui peut se préparer à l’avance.

Par exemple, la veille,  préparer les beurres aromatisés, les vinaigrettes, les marinades, cuire des oeufs durs, préparer la soupe, cuire des gaufres, précuire les pommes de terre à rôtir…

Le jour même, pétrir les pâtes à pain et à brioche et les laisser lever pendant que vous faites cuire vos pancakes*.

Puis préparer les plateaux de charcuteries et de fromages et penser à mettre en cuisson les brioches et les pains environ une heure avant l’heure prévue du brunch.

* PANCAKES à la ricotta et au citron

150g de farine
3 càs de sucre vanillé
2 càc de levure
1 pincée de sel
24 cl de lait caillé
250 g de ricotta
1 jaune d’oeuf
les zestes de deux citrons
environ 60 ml de jus de citron
2 blancs d’oeuf
du beurre fondu pour la cuisson des pancakes

Dans un saladier mélanger les poudres (farine, sucre, la levure et le sel).

Dans un second saladier battre le lait caillé avec la ricotta, le jaune d’oeuf, le jus de citron et les zestes et bien mélanger.

Encore à part, monter les deux blancs d’oeuf en neige bien ferme et les incorporer dans le mélange à la ricotta.

Incorporer les poudres et bien mélanger. Si certains grumeaux restent ce n’est pas grave.

Il ne vous reste plus qu’à cuire vos pancakes dans une poêle anti-adhésive bien chaude et beurrée.

 

Pour les grillades, vu que cette année on nous promet un temps radieux pour Pâques, laissez votre mari s’en charger… après tout, il peut bien aussi mettre la main à la pâte non?

Et voilà, avec tout ça, vous devriez pouvoir ravir tout le monde autour de votre table. Sauf que vous allez me dire, et pour le dessert? Et bien je vous dirais, faites simple…. les fraises (les ciflorettes en particulier) sont exquises, faites-en une salade par exemple ou attaquez-vous à un fraisier maison que vous pourrez également préparer la veille avec un biscuit madeleine comme base de gâteau, une bonne crème diplomate à la vanille et des fraises.

Cette année, je vais refaire mes moutons de Pâques… ils sont constitués de mousses au chocolat (blanc et noir) que je coule dans mon moule « Boule de Noël » et entre lesquelles je viens insérer des disques de génoises. Je les place au congélateur et la veille du repas, je les démoule et viens garnir mes moutons de plots de chantilly. Je colle deux yeux en sucre sur un petit oeuf en chocolat et je forme les deux oreilles à l’aide d’une pâte d’amande marron. Ca n’a rien de bien compliqué et l’air de rien ça en jette 😉

Je vais tâcher de rédiger encore quelques recettes d’ici ce soir afin de venir vous les déposer dans cet article si jamais vous voulez les reproduire chez vous.

En attendant, je vous souhaite d’avance de joyeuses fêtes de Pâques. Faites-vous plaisir et je suis sure que vos convives seront ravis par votre menu.